logomdee250
directinfo
colonne boiteoutil green  Boite à outils

Retrouvez notre documentation grand public et nos supports pédagogiques à télécharger

Boite à Outils

visage

Posez-moi votre question

Hommage à Jean-Luc PREVEL

 

jlprevel

C’est la première fois depuis 10 ans que j’écris un texte qui n’aura pas été relu par Jean-Luc, et pour cause. Comment trouver les mots pour dire notre désarroi devant sa disparition ? Comment exprimer à ses proches, Jacqueline, Isabelle, Hildegarde, Aurélien et ses petits enfants notre profonde sympathie en ces moments si difficiles à affronter ? Et comment allons-nous continuer sans sa présence, certes discrète, mais tellement prégnante ?


Jean-Luc, tous les témoignages que nous recevons le soulignent, laisse le souvenir d’un homme profondément humain, jamais emporté, toujours positif, constructif. C’était un sage, qui savait concilier les contraires et trouver le bon compromis entre des positions différentes, sans jamais renoncer à l’essentiel de son combat, de ses idées, de son engagement européen et fédéraliste. Sa passion était toute en nuances. Respectueux des autres il avait l’art de calmer les plus excités par un sourire, par un mot, par un regard qui faisait comprendre que l’on s’égarait et qu’il convenait de revenir à l’essentiel.
Son engagement trouve ses racines dès les années 1960 lorsqu’il rejoint les rangs du Mouvement fédéraliste après sa rencontre avec Michel MORIN que nous avons accompagné voici un mois, lui aussi, en sa dernière demeure. Président des Jeunes européens fédéralistes, membre de la JEF Europe, Jean-Luc a été l’un des acteurs du rapprochement des deux principaux mouvements fédéralistes qui, pour les jeunes à la fin des années 60 et pour les adultes au début des années 70, ont fusionné, donnant naissance à l’actuelle Union européenne des fédéralistes.


C’est à l’automne 1968 qu’il rencontre Jean Francis BILLION. C’est alors le début d’une amitié forte, d’une complicité rare, celle de deux frères de cœur. Ensemble, et avec quelques autres, dont Michel MORIN, Albert GORDIANI, Bernard LESFARGUES ou encore Bernard BARTHALAY, ils vont, non seulement militer au sein de l’UEF, mais encore créer des outils pédagogiques, d’analyses et d’études à travers la revue « FEDECHOSES », dont Jean-Luc sera le directeur de publication, les Editions FEDEROP, Presse fédéraliste dont il sera président, puis secrétaire général.


Il consacre beaucoup de temps, avec patience et rigueur, à l’édition des revues « FEDECHOSE » et CARNET d’EUROPE, à la publication de nombreux livres ; il travaillait encore à la relecture de deux livres que Jean Francis et lui avaient décidé de publier, l’un de Lucio LEVI, l’autre sur Albert CAMUS.


Jean-Luc n’était pas seulement un correcteur avisé qui trouvait toujours le mot juste, repérait la majuscule mal employée et décelait la faute d’orthographe ou de français, il était aussi un conseiller écouté et un traducteur de talent, en anglais, en italien et en allemand.


Administrateur durant plus de 40 ans de la Maison de l’Europe et des Européens, secrétaire général de Presse fédéraliste, vice-président de l’UEF Rhône-Alpes et très apprécié des Jeunes européens dont il était resté proche, Jean-Luc restera un exemple pour toutes celles et tous ceux qui l’ont côtoyé.


Il rejoint désormais nos amis René CASSIER, Michèle JOUVE, Albert GORDIANI, André DARTEIL, Jean-Pierre GOUZY et Michel MORIN. Nul doute qu’ensemble ils créeront une section fédéraliste d’outre-tombe pour mieux nous inspirer, pour nous guider et nous inciter à continuer le travail qu’ils ont commencé pour une Europe unie et fédérale.


Jean-Luc, tu seras toujours parmi nous, nous ne t’oublierons pas.

Lyon, le 18 avril 2017
Alain REGUILLON - Jean Francis BILLION